Peut-être quelques personnes penseront que cette petite histoire est de moi mais j'ai trouvé celle-ci sur le site de sympatico... Plusieurs passages m'ont fait rire alors, j'ai pensé la partager avec vous... mes copines! Je trouve le concept intéressant! Et vous?

L'amour, ça se recycle! par Judith Ritchie

 

Avant de penser à se jeter du haut d'une falaise, on devrait commencer par faire le tri de nos relations, comme on gère nos déchets. Tellement plus « écoeur-logique »!

Mise en situation : trois copines (Sarah, Audrey et moi) prennent un verre (ou une bouteille... je ne me souviens plus) sur une terrasse.

Sarah : Je crois que je vais prendre une pause d'hommes dans ma vie. Je vais me concentrer sur mes projets personnels. Je me rends compte que lorsque je jette mon dévolu sur un gars, tout le reste de mes obligations devient un fardeau, particulièrement le boulot.
Moi : As-tu déjà pensé à faire du recyclage?
Sarah : Du quoi?
Moi : De la récup'! Ou plutôt, du traitement de déchets pour éliminer tous ceux qui te pourrissent la vie. Un geste indispensable pour survivre en milieu professionnel.
Audrey : Tu nous expliques ta nouvelle théorie?
Moi : Pas besoin de BAC pour comprendre. C'est si simple. Les mecs qui nous puent au nez : POUBELLE! Ensuite, toutes les économies d'énergie seront redistribuées au nouvel organisme pro envirHOMMEmental : GREEN PISSE.
Sarah : C'est ridicule! Franchement!
Audrey : Et il y a des types qu'on peut recycler?
Moi : Absolument. Comme les mecs plastiques bien conservés (toujours pratiques).
Sarah : Bon point. Et qu'est-ce qu'on jette?
Moi : D'abord, tout ce qui s'appelle « sti-rots-mousses » (ceux qui sacrent, qui font des rottttes et qui ont des petits moussaillons aux couches). Ah, et aussi les « mécontenants » qui veulent se faire combler à tout moment. Ça, du vent!
Sarah : Oui, mais le hic, c'est que comme la tendance est au rechargeable et au biodégradable, les gens se décomposent à vue d'œil.... Car tout le monde s'autorejette!
Audrey : Tu as raison... Le danger, c'est effectivement la grande désintégration et finir seule dans une vie vide de sens.
Moi : Mais dans tous les cas, c'est 100 fois mieux que de moisir avec une pourriture!
Sarah : Et pour ce qui est des ex?
Audrey : Oui, on fait quoi avec les ex?
Moi : Hum... bonne question. Les ex-passions, ça s'égraine, mais ne se dégrade pas vraiment avec le temps... Alors, on peut toujours les garder au frais. À moins de ne pas être chaude à cette idée.

Et maintenant que le ménage est fait, on se paye une vie d'ange!!

Qui joue à l'éboueur?

Pour en savoir plus: http://mieuxvivre.sympatico.msn.ca/Accueil